Le Flex-Office, la nouvelle tendance de travail ?

Plus de bureau attribué, plus de poste de travail fixe : le Flex office révolutionne la manière de travailler en proposant une solution « nomade » aux collaborateurs.

 

Que signifie précisément le « Flex-Office » ?
Le flex office est une nouvelle forme d’attribution des postes de travail pour les salariés. Dans un fonctionnement classique : le salarié a un poste fixe attribué, qu’il soit en open-space ou dans un bureau fermé. En flex office, l’espace de travail est réparti en fonction des usages. Le salarié ira donc dans la zone qui convient le mieux à la tâche qu’il doit mener.

Visuellement le Flex-Office, ça ressemble à ça :

 

Concernant le management : la mise en place du flex office amène les entreprises à se repositionner sur leur stratégie managériale : les collaborateurs travaillant davantage en mode « projet », à seul ou à plusieurs et oblige ainsi les sociétés à se positionner sur une organisation ciblée sur la confiance.

Nous pourrions penser que ce nouveau mode de fonctionnement attire majoritairement les jeunes collaborateurs, mais l’avis reste mitigé : manque d’intimité, stress, pas d’ancrage dans l’entreprise, voici l’extrait d’une étude réalisée par la Chaire Workplace Management.

 

La mise en place du flex office nécessite une préparation à ne pas négliger :

  • Interroger les salariés pour recueillir leurs avis, comprendre les différents points de vue, les craintes et les motivations. 
  • Mettre en place une phase de test afin d’aborder la manière de travailler et tirer les conclusions sur la production de travail.

  • Impliquer tous les acteurs de l’entreprise, le top et middle management doit être impliqué dans le flex office afin de ne pas créer une situation de « malaise hiérarchique », allant à l’encontre de la vision du flex-office.

P.D.S.

Les avis mitigés, les différentes appréciations :

Delphine Minchella présente une contrainte au flex-office qui doit être prise en compte au sujet des relations informelles : “Les recherches en sciences du travail le démontrent depuis (… lire la suite) les années 1970 : les relations informelles ont un grand impact sur la productivité, la motivation, mais aussi sur l’innovation organisationnelle. Or, en demandant à des gens de ne pas avoir une localisation claire dans l’espace organisationnel, vous brouillez les cartes et vous empêchez ceux qui travaillent souvent ensemble ou qui simplement s’apprécient, de se regrouper”